Me El Hadj Diouf dément notamment avoir été péremptoire concernant la tenue du procès Ousmane Sonko-Adji Sarr. L’avocat laisse comprendr ainsi e qu’il a fait usage du conditionnel.

“J’ai dit le procès pourrait se tenir en 2022. S’il y a eu des retards, c’est que le juge chargé de l’affaire est décédé”; a déclaré Me El Hadj Diouf, en conférence de presse, ce jeudi 6 janvier.

L’avocat reprécise sa pensée : “J’ai dit comme le doyen des juges Maham Diallo, qui vient d’être nommé, prendra fonction en début d’année, il peut convoquer Ousmane Sonko pour une confrontation avec Adji Sarr. Et après les tests ADN; sûrement, il va renvoyer l’affaire pour jugement.”