La Coalition en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) lance un appel à l’Etat et à tous les acteurs politiques afin que l’espace scolaire soit à ‘’l’abri de toute forme d’affrontement physique et idéologique’’.

Dans une déclaration rendue publique mardi, la coalition manifeste son opposition à toute violation des ‘’franchises scolaires’’ susceptible de perturber psychologiquement les apprenants; de démotiver leurs enseignants ou de ruiner les efforts des parents d’élèves et de la communauté éducative.
Elle dit constater ‘’les signaux annonciateurs de perturbations qui risquent de corser la situation de l’école; déjà suffisamment fragilisée par les effets de la COVID 19’’.

Elle note qu’en dépit des nombreuses épreuves traversées en 2020 par les acteurs; et partenaires de l’école et de l’angoisse vécues par les enseignants, les apprenants et leurs parents, ‘’les examens certificatifs ont pu se dérouler tant bien que mal’’.
Selon elle, l’année 2021, marquée par la deuxième vague de la pandémie; et la menace d’autres maladies contagieuses (fièvre jaune et virus Ebola), suscite un espoir avec l’arrivée des premiers vaccins.
‘’Malheureusement, l’arrestation d’un professeur à Kabrousse, en plein cours, devant ses élèves; représente notamment un événement traumatisant pour la communauté scolaire. De tels incidents constituent ainsi une menace réelle; qui risque en revanche de compromettre les chances de relever le défi d’un déroulement normal des apprentissages’’, prévient la COSYDEP.