C’est une véritable bouffée d’oxygène que vient de recevoir les acteurs culturels. Au travers du ministre de ma culture et de la communication Abdoulaye Diop ; le président Macky Sall a fait un don assez conséquent. La somme totale s’élève à 2,5 milliards de Fcfa.

Alors que les acteurs culturels sont plus frappés par la crise du covid-19 ; l’état et Macky Sall en particulier ne les oublient cependant pas. Mais que fe fut dure ! En effet, il a fallu que les acteurs culturels manifestent à la place de la Nation ; pour véritablement se faire entendre. Ainsi, les 2,5 milliards de Fcfa serviront à soutenir l’ensemble des composants de la culture au Sénégal.
« Si c’était la bonne solution; on n’en serait pas là encore parce qu’il y a déjà eu 3 milliards pour les sous-secteurs du secteur des Arts et de la culture. Cela n’a pas réglé des problèmes, au contraire. Donc, je ne vois pas comment 2,5 milliards; peuvent être la solution à ce problème des artistes. Mais au-delà même de les laisser jouer dans des lieux dédiés; cette crise aurait dû offrir l’opportunité de s’attaquer au problème structurel du secteur en activant les mécanismes qui leur permettent de manière continue d’avoir des revenus », explique le journaliste-culturel, Aboubacar Demba Cissokho ; pour RFM.

Ibrahima Wane ; professeur de littérature et civilisation africaine au département de Lettres Modernes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar avance pour sa part que « Des acteurs se sont retrouvés avec des sommes dérisoires : 18.000 F Cfa pour les danseurs, 30.000 pour les artiste-comédiens…Ces sommes ne pouvaient permettre de faire face à des mois d’inactivité ».

« Cette manne financière a généré la crise dans la crise; si on a entendu toutes les polémiques, toutes les réclamations, toutes les contestations et les péripéties que ce partage entretient dans la secteur culturel », poursuit-il.

Qu’à cela ne tienne, ce enveloppe va permettre aux divers acteurs d’enfin posséder quelque chose en cette période de fin d’année. Tout en espérant que des meilleurs prises de décisions sanitaires puissent leur permettre de s’en sortir aussi de cette grave crise.