La cuisine italienne renferme plusieurs facettes. Cela dit, elle n’est point égoïste. Cuisiner offre l’occasion à tout un chacun de se surpasser. C’est certainement le meilleur moyen d’unir des cultures différentes. La cuisine permet à un chef de se faire comprendre et aimer de tous. Bonsoir à tous ! Le portrait du jour, est celui d’un chef italien qui a décidé de faire de sa passion son métier. Il est blanc de peau mais possède la peau noire, de par sa culture. Je vous invite à découvrir notre invité du jour : Davide Calorini.

Davide Calorini : italien de sang, sénégalais de cœur

               

 

Davide Calorini est un chef italien âgé de 21 ans. Sa particularité ? Il est le plus jeune chef italien au Sénégal. En effet, il foula le sol sénégalais pour la première fois en 2015. L’intégration pour lui ne fut aucunement difficile. D’ailleurs, il s’en rappelle encore comme si c’était hier.

« C’est en 2015 que j’ai foulé le sol sénégalais pour la première fois. Je suis venu habiter à Somone avec mes parents et mon petit frère. Depuis que je suis dans ce pays je me suis toujours senti à la maison, on m’a bien accueilli », dixit-il.

Davide Calorini, a ainsi fait ses classes au Sénégal. Il valide son examen final au Critérium THR de Mbour. A l’issue, il fait ses débuts dans l’univers de la restauration, au restaurant Annexe de Saly. De part et d’autre de son expérience, il effectue des stages au Lamantin Beach Hotel de Saly.

Devenu mature professionnellement, il retourne en Italie pour approfondir son savoir-faire. Mais aussi, pour retrouver son Italie natale. L’image qu’il a laissé de sa très chère terre n’est plus la même. L’Italie a en revanche bien changé. Elle est devenue une terre encore plus meilleure que celle de sa tendre enfance. Davide Calorini l’a bien compris. Il se sentit un peu comme un étranger dans son pays. C’est ainsi qu’il prend l’initiative d’aller construire sa vie sur cette terre, qui a su le dorloter et faire de lui un homme. Le retour au Sénégal se fait le 4 Novembre 2019.

« Je suis revenu au Sénégal. Depuis mon retour, j’ai réussi à réaliser une partie des rêves. Celui d’ouvrir une gastronomie rapide. Celle-ci offre ainsi des spécialités italiennes rapides à emporter »

Cuisiner pour s’évader et laisser parler son savoir-faire

           

Ce n’est jamais donné de pouvoir faire de sa passion un métier. Toutefois, lorsque vous avez l’occasion de le faire n’hésitez pas. Davide Calorini en est le parfait exemple.

« Ma passion pour la cuisine, je l’ai depuis mon enfance. Cependant, c’est à l’âge de 17 ans que j’ai compris que ma passion pour la cuisine se devait d’être mon travail. J’ai voulu exercer ma passion au Sénégal car ; en Italie, pour un début ce n’était pas du tout possible », explique-t-il.

A ses débuts, ses proches avaient du mal à comprendre son orientation vers l’univers culinaire.
Par ailleurs, c’est après une expérience au sein d’une gastronomie (Armani) de sa ville ; que ses proches ont compris et accepté ses choix voire décisions.

 

« Les soucis, ont les retrouve partout et dans tous les secteurs d’activités »

Pour être un homme, il faut savoir surmonter les difficultés quotidiennes que l’on rencontre. Pour Davide Calorini, comme pour tout un chacun ; à chaque jour suffit sa peine. Pour s’imposer et ainsi pouvoir exercer son métier, il a été confronté à une panoplie de soucis. Mais surtout, à chaque prise de décision, il faut savoir faire un choix. Et notre chef restaurateur l’a bien compris.

« J’ai rencontré d’énormes soucis pour me lancer. Ce ne fut pas des plus faciles. Mais je devais faire des choix pour atteindre mes objectifs. En revenant au Sénégal, j’ai dû laisser de côté ma vie en Italie. Je devais me séparer d’une partie de mes amis. Quand t’as 16 ans, les amis représentent beaucoup pour toi ».

Pour totalement s’acclimater à cette nouvelle culture, il a dû apprendre à comprendre comment vivre au Sénégal. Ainsi, l’apprentissage d’une nouvelle langue était primordiale pour pouvoir communiquer.

« Je devais recommencer ma vie. J’ai étudié le français et changé ma façon de vivre. Maintenant je parle un peu de wolof. J’ai une nouvelle compagnie d’amis et je sais quoi faire dans ma vie maintenant. Je peux dire que j’en suis heureux. »

Et côté travail ça donne quoi ?

Une fois implantée, le reste suit automatiquement. Davide Calorini n’a pour l’instant rencontré aucun souci majeur dans son activité. Mais, comme tout entrepreneur, il se peut qu’il soit en rupture de stocks.

« Pour l’instant je n’ai pas eu des problèmes dans mon travail peut être quelques rares fois. Des fois, j’ai besoin d’ingrédients pour faire des plats et on ne les trouvent pas ici souvent. Mais j’ai appris avec le temps qu’on apprend à utiliser ce qu’on a, à disposition et en faire de son mieux ».

Des plats prêts à emporter

Saviez-vous que la musique adoucit l’esprit ? Et bien, pour Davide, cuisiner en écoutant de la musique, lui permet de réaliser des mets dignes des plus grands chefs cuisiniers italiens.
Au sein de son restaurant, les clients ont la possibilité de découvrir des plats classiques de la cuisine italienne.
Ainsi, au restaurant Gastronomie Calo, vous avez l’occasion de satisfaire votre appétit avec des recettes comme :
les raviolis, les gnocchis, des pâtes, du filet de poisson Bonite Atlantique avec légumes aromatisés…

                  Rouleau farci avec pommes de terre

 

Mais que serait un chef restaurant sans ses propres créations ? Davide Calorini vous offre au passage l’occasion de déguster des spécialités uniques au monde.
Par cela, en y faisant un tour, le chef Davide Calorini vous fait déguster un Rouleau farci avec pommes de terre comme complément. Mais aussi, des raviolis à la citrouille et au mascarpone.

Une des spéciales du chef

 

L’une des particularités de ce restaurant est le standard prix offert à la clientèle.

 

« Les prix du menu varient par rapport aux plats, mais ils sont certainement abordables pour tout le monde », explique-t-il.

 

Ne jamais oublier d’où l’on vient

S’il se sent plus épanoui qu’autrefois, Davide Calorini garde toujours en lui son Italie natale. Il a certainement réussi à se construire une vie au Sénégal mais l’Italie est difficile à oublier pour lui. Pour son épanouissement professionnel, il doit beaucoup au pays de botte.

« Je pense que l’Italie m’a donné la juste puissance et maturité pour venir ici et m’investir. Moi je vois que, en Italie, on a tout mais on oublie la vraie valeur de la vie. C’est différent et ce n’est pas simple de faire la chose que tu aimes. Je pense qu’ici, je peux être un exemple pour les jeunes du Sénégal et d’Italie ».

Davide Calorini n’est pas avare de conseils. En cela, pris pour exemple par les jeunes qui le côtoient, ils les encouragent d’ailleurs à se surpasser pour atteindre leurs objectifs. Ils les invitent en outre à pouvoir joindre cependant passion à, travail.

« J’ai pleins de conseils à donner aux jeunes comme moi. Pour les expatrier, je les invite à réfléchir en premier sur le lieu de domiciliation.
Ils doivent respecter le pays dans lequel ils s’implantent. Pour ceux du Sénégal, ils doivent mettre les pieds sur terre. Et, comprendre que les mentalités ne sont pas les mêmes. Ils doivent en outre aider le Sénégal, à se développer et ainsi atteindre des objectifs communs. Mais surtout, cela implique un énorme sacrifice. Raison pour laquelle, ils doivent très bien réfléchir avant de s’implanter », Davide Calorini.

 

Si vous résidez ainsi du côté de Dakar ou alors que vous êtes de passage, n’hésitez pas à faire un tour au Restaurant gastronomique « Gastronomie Calo ». Pour vous faire une petite idée vous pouvez les contacter via leur page Facebook. Le service réceptionniste est des plus parfait.

Nous, nous vous donnons rendez-vous, la semaine prochaine pour un nouveau portrait.