A l’occasion du tout nouveau festival de Reggae qui se tiendra du côté d’Abene, Infoteranga a reçu l’artiste Sun Sooley. Ce dernier a bien voulu aborder les différents contours de sa carrière et nous parler du premier festival qu’il organise sur le territoire sénégalais.
Nous vous invitons à apprendre un peu plus sur l’un des plus grands musiciens sénégalais des temps modernes.

Infoteranga : Sun Sooley, merci de nous accorder cette interview. Pourrais-tu te présenter aux lecteurs d’Infoteranga ?

Hello, moi c’est Jules Souleymane Ba ; à l’état civil. Mon surnom est né au fil des années. Je suis un artiste-musicien- auteur/compositeur communément appelé chanteur. Je suis ainsi né à Dakar ; où j’ai fait mes premiers pas dans la musique. J’ai en outre fait parti d’un des premiers groupes de Hip-Hop africain « Le P. FROISS ». Toutefois, j’ai obtenu la reconnaissance du public et de la critique avec le groupe Jant-Biqui. Ce groupe est par ailleurs, le détenteur des meilleurs ventes Hip-Hop de la musique urbaine en Afrique avec +100’000 ventes de K7.

Depuis 2005, je suis installé en Europe, où j’ai sorti 2 albums internationaux. Le premier en 2010 « One Day inna Babylon » ; classé meilleur album reggae d’Italie en 2010. Notamment par, les revues et la critique italienne. Le second album est « Rise and Shine », classé 19ème meilleur album reggae en 2018 par Reggaeville.

Infoteranga : pour toi qu’elle est la définition exacte de la musique ?

La musique est mon sauveur. Elle est ma source de motivation quotidienne. Elle m’a tout donnée. C’est mon plus fidèle partenaire. C’est une connexion spirituelle, divine. Des sons, des mélodies que j’entends dans ma tête et mon esprit qui me font vibrer. Elle m’aime et je lui rends la pareille.

Infoteranga : Est-ce qu’il y a des artistes qui t’ont influencé ?

Oui ! Bob Marley a été ma plus grande influence musicale. La musique française a aussi énormément contribué à mon amour pour la musique. Sinon, comment passer à côté d’Alpha Blondy dont j’ai beaucoup écouté. Entre temps, j’écoutais aussi du Demba Konta de Max Adio, Beres Hammond, Maxi Priest, Luciano, Sizzla, Capleton, Tarrus Riley…

Infoteranga : Comment c’est fait le changement de ton genre musical ?J’entends par là, le passage du Rap à la Reggae Musique.

Ce que les gens ne savent pas c’est qu’avant le rap, je faisais du reggae. A la base, j’ai toujours été un chanteur reggae qui aime le Hip-Hop. Je suis cependant, assez versatile et je me sens à l’aise sur les genres musicaux. Ainsi, je n’ai en outre pas de problème pour transiter d’un style à un autre.

Infoteranga : Rap et Reggae ; peut-on les comparer au Sénégal selon toi ?

Le Rap est plus écouté au Sénégal. Il a plus d’espaces d’expressions. Le Reggae, peine par contre à se frayer son chemin au niveau national. Il y a certes des amateurs du genre au Sénégal mais, cela reste encore marginalisé à cause de l’appréhension que les gens ont du reggae. Je parle du lien qu’il y a entre le Reggae et la Marijuana.
Les émissions de Reggae sont entre autres peu nombreuses. Le public sénégalais préfère en revanche les jamaïquains, aux artistes reggae sénégalais. Mais l’un des principaux maux qui ralenti l’éclosion du reggae sénégalais est par contre la consommation excessive de Marijuana dans un pays où cela est considéré comme illégal.
Le rap sénégalais est définitivement plus organisé, plus écouté et nettement mieux apprécié.

Infoteranga : Sun Sooley t’es un véritable pionnier du Reggae sénégalais. Pour faire un peu plus connaître ce genre musical tu as décidé d’organiser un festival de Reggae. Parle nous un peu plus de ce festival du nom de Reggae Abene Sunsplash (RAS)

Logo officiel du festival Reggae Abene Sunsplash

Reggae Abene Sunsplash, est un projet que j’avais au juste en tête depuis avril. Cela s’est manifesté lors de ma visite au village Abene en 2019. C’était comme un conte de fée dont j’en suis tombé amoureux. Abene est en effet, un endroit qui a une nature florissante, sauvage naturelle, la mer, le soleil ; le climat est aussi favorable. Les gens qui y vivent, écoutent énormément de Reggae. Le plus marrant est que, beaucoup de ces habitants ont des Dreads, Bayefall et des Rasta. Vous avez en cela, l’impression d’être en Jamaïque. Mieux, je dirais que, c’est la Jamaïque du Sénégal. Pour le coup, il ne manque juste ainsi qu’un festival aux allures internationales pour faire découvrir encore davantage ce bel endroit. Mais aussi, aider au tourisme et au développement social ; ce qui représente un atout pour tous.

Infoteranga : Quels sont les artistes invités pour le coup ?

Pour la 1er édition, nous avons entre autre une programmation d’artistes sénégalais; mais aussi, gambiens connus respectivement dans les deux pays. A savoir : OmbreZion, Peeyah Fyah, Saah Karim, Lixen Khan, Mensah Julio, Jupiter Diop et moi-même SunSooley.
Et des plus jeunes comme mon fils Daddy Junior LK, BibiNdiaye, LMC, Divstyle. Mais surtout aussi des sélectas comme ; Fireman, ZalBarro, DJMix, ZéRoots, DjJoe, Dj MoFaya, DjLox.

Infoteranga : on voit qu’au Sénégal, il y’a malheureusement moins de festivals organisés. Pourquoi, un festival de Reggae n’a pas encore réussi à tirer son épingle du jeu ? Comment comptez-vous, faire en sorte que RAS; puisse devenir la référence pour la scène Reggae au Sénégal ?

Ah oui, absolument ! RAS, s’inscrit dans une logique de festival international. Je dais allusion au niveau de l’organisation. Les artistes internationaux qui y participent seront des nôtres, au fil des futures éditions. Je compte par ailleurs bien faire du festival la référence de la scène Reggae sénégalaise.

Ce festival, sera une plateforme où les artistes pourront s’exprimer dans de bonnes conditions. De par ce festival, je compte mettre mon expérience de plus de 30 ans de musique pour qu’il serve au moins au développement de cette musique. Dieu seul sait. Mais, pour ma part, je ne laisserai passer aucun détail sur la bonne tenue de cette organisation et planification de ce festival. Mon objectif principal est d’en faire une vraie référence.

Infoteranga: Sun Sooley,  as-tu d’autres projets artistiques et culturels dans un futur proche ?

Je ne dirais pas tout pour l’instant (Rires). Mais, oui faire le relais, produire des artistes talentueux les encadrer et développer à cet effet,leurs carrières font partis de mes projets.

Je remercie ainsi au passage, l’ensemble de votre équipe pour le soutient que vous nous apportez. On espérer ainsi que cette interview permettra à vos lecteurs de mieux en apprendre sur moi mais aussi sur le reggae. Pour le reste, rendez-vous le 11 Décembre entre autre  pour le Festival Reggae Abene Sunsplash (RAS)